germany-deutschland.com Deutsch English Italiano EspaÑol FranÇais 

 

 

Politique de l'Allemagne - Dresde

Cette ville baroque a été victime d'un des bombardements les plus meurtriers de l'histoire de l'humanité le 14 février 1945, où le Royaume-Uni (principalement) et les États-Unis ont sytématiquement bombardé la ville, qui fut presque entièrement détruite. Le bilan humain est très incertain. Une commission d'historiens mandatée par la ville a avancé un chiffre d'environ 35 000 morts, dont 25 000 identifiés (25 000 est donc le minimum incontestable). D'autres estimations antérieures avaient donné des chiffres beaucoup plus élevés, de l'ordre de 135 000. Ces chiffres sont sujets à controverse, certains semblant trop élevés au regard de la population totale de la ville (630 000 habitants à l'époque, mais aussi des blessés, des prisonniers ou des réfugiés dont il est impossible d'évaluer précisément le nombre). Les chiffres les plus exagérés (250 000 morts) furent issus de la propagande soviétique. En comparaison, le bombardement de Tokyo au Japon le 10 mars de la même année par les États-Unis, a fait 83 000 morts, et les deux bombes atomiques de Hiroshima le 6 août et Nagasaki le 9 août on fait respectivement 70 000 et 36 000 morts.

D'autres bombardements sur l'Allemagne (Berlin, Hambourg) furent aussi très meurtriers, mais celui de Dresde a plus profondément choqué les esprits, peut-être parce que c'était une ville d'arts et de culture, et qu'elle n'avait pas d'intérêt stratégique justifiant une attaque aussi lourde.

L'écrivain Kurt Vonnegut qui était présent comme travailleur prisonnier dans une usine de Dresde, lors du bombardement, en réchappa en se réfugiant dans les caves d'un abattoir. Il tirera de cette expérience éprouvante son roman phare Abattoir 5.

À la difficile situation de l'après-guerre suivit le régime socialiste où de nombreux efforts, parfois disproportionnés, de reconstruction de la vieille ville baroque furent entreprit : l'opéra, le château Zwinger, la cathédrale Notre-Dame, etc. Les efforts de reconstruction se sont accélérés avec la réunification de l'Allemagne et culmineront en 2006 avec l'achèvement des travaux de reconstruction de la Frauenkirche, chef d'œuvre de l'architecture évangelique.